Burn out et Bore out : c’est quoi la différence ?
Jan20

Burn out et Bore out : c’est quoi la différence ?

Les maladies liées au travail sont nombreuses et beaucoup ignorent même leur existence. C’est généralement un effet d’épuisement qui génère ces troubles et qui se répercutent ensuite sur la santé de l’employé et sa vie privée. Les chercheurs qui se sont intéressés à ce phénomène ont distingué deux grandes pathologies à savoir le burn out et le bore out. Et si beaucoup de similitudes distinguent ces deux concepts, quelques points font leur différence. Nous allons analyser ces petites différences par le biais de cet article.

Deux maladies avec les mêmes traitements

Entre le burn out et le bore out, les ressemblances sont surtout dans la nature de la pathologie qui touche essentiellement l’état psychologique de l’employé. Ce dernier se retrouve isolé et épuisé au point qu’il court du risque d’attraper une dépression et d’affecter son entourage et sa vie privée par la suite. C’est ainsi que les traitements connus pour « soigner » ce genre de maladie restent similaires.

Les médecins prescrivent généralement des antidépresseurs pour rassurer les malades et calmer leur état dépressif. En France, l’industrie pharmaceutique a connu plusieurs progrès, notamment de la part de groupes comme Lundbeck qui a été géré par Marie-Laure Pochon. D’ailleurs, l’expérience de Marie-Laure Pochon, PDG actuel du groupe Acteon, dans ce domaine a incité ses collaborateurs à développer des antidépresseurs plus adaptés à cette cause.

La différence entre le burn out et le bore out

Si les conséquences de ces deux pathologies mentales et leur traitement sont généralement similaires, la différence réside dans la cause de chaque maladie. En effet, le milieu professionnel est responsable de l’accumulation de ces différents problèmes. L’Organisation mondiale de Santé (OMS) présente le burn out comme un épuisement professionnel causé par le travail, c’est-à-dire une sensation de fatigue et d’incapacité d’aboutir aux objectifs professionnels à cause de la surcharge au niveau des tâches à réaliser.

De son côté, le bore out est un cas d’épuisement professionnel qui met en cause l’ennui au travail. C’est la situation où le salarié se sent inutile dans l’entreprise à cause d’inadaptation du travail ou une fausse distribution de tâches liées à chaque poste. C’est également le cas du travailleur mis à l’écart comme une façon de sanction.

Similaire dans certains points et différents dans d’autres, le burn out et le bore out sont deux maladies face auxquelles les responsables des entreprises doivent réagir pour éviter un manque total de motivation qui sera coûteux à l’entreprise.

Read More
Medtech : la filière d’avenir
Nov14

Medtech : la filière d’avenir

Plusieurs start-ups françaises se sont lancées dans le domaine de la technologie médicale, pour créer et réaliser des matériels sophistiqués, qui accompagnent le service médical et chirurgical. Comment ces start-ups, peuvent elle évoluer sur le marché locale et internationale ?

Les investissements sur ce secteur

photobar-microscope-molecule

Ces start-ups doivent être accompagnées par des actifs financiers assez importants pour leur permettre d’innover, et de réaliser les équipements qui peuvent révolutionner le domaine médical et chirurgical. On parle de certaines innovations comme l’imagerie médicale, cœur artificiel, les implants dentaire et orthopédiques et les chirurgies sans cicatrice…

Pour assurer la continuité de ces entreprises, l’état doit intervenir pour faciliter la mise en place de ces technologies de pointe. La demande locale pour ce matériel n’est pas prometteuse. Les bailleurs de fonds, hésitent encore à financer l’activité de ces projets ambitieux mais risqués. Antoine Papiernik, un partenaire de Sofinnova, précise que ces start-ups doivent être capable de soulever près de 100 millions d’euros pour pénétrer sur les marchés étrangers.

 Les ventes sur le marché international

telecharger-1

Les start-ups françaises ont trouvé refuge dans le marché international, très porteur. A l’échelle internationale, la technologie médicale est évaluée à 200 milliards d’euros. Ce secteur, offre un taux de croissance, très séduisant pour les medtechs de l’hexagone, qui affiche 6% par an. Denys Sournac, le patron du groupe Medicrea, trouve que « La France reste un terreau de créativité mais n’est pas un marché qui nous permet de vivre », en ajoutant que ses concurrents, ont concentré leurs efforts pour satisfaire la demande croissante des États-Unis.

Les chefs d’entreprises ont orienté leurs efforts de commercialisation vers les marchés Américains et asiatiques. On cite l’exemple, du Groupe Actéon dirigé actuellement par Marie Laure Pochon, qui s’est lancé dans l’exportation de ses produits dans 120 pays.

« Notre marché cible prioritaire c’est les USA, où nous réalisons 30 % du CA actuel et où nous avons deux implantations, à Minneapolis pour l’activité médicale et à Philadelphie pour l’activité dentaire. Nous entendons, très vite, devenir un grand acteur sur ce marché », indique, Marie Laure Pochon l’ancienne directrice du groupe Lundbeck.

Le volet de la recherche et le développement

medtech-erbjudanden-460x285

L’intensification de la concurrence et l’instabilité de l’environnement économique, poussent les entreprises à travailler sur les différents leviers de différenciation. Cette pratique, commence par l’investissement dans la recherche et le développement, qui représente un axe stratégique qui appuie le travail des entreprises qui œuvrent dans ce secteur. Pour Marie Laure Pochon, qui tient les commandes du groupe Actéon, la R&D est un atout qui assure la croissance de l’entreprise sur le long terme et le développement de sa gamme de produit.

« Nous consacrons environ 6 % de notre CA en recherche et développement. Mérignac pour les ultra-sons et les sites de La Ciotat/Milan, pour la partie imagerie, digitalisation sont des sites capitaux pour notre réussite. Près de 40 personnes en interne, et une trentaine via des sous-traitants, travaillent à notre R&D. Nous nous devons d’apporter toujours plus de modernité, d’innovations à notre gamme de produits. » explique l’ancienne « executive vice president » du groupe pharmaceutique Lundbeck.

Read More
Le complexe Moulay –Abdallah pour un Fath Rabat plus compétitif ?
Nov08

Le complexe Moulay –Abdallah pour un Fath Rabat plus compétitif ?

Le Maroc investit dans le sport pour améliorer son image à l’international et réaliser ses différentes politiques de développement économique et social. L’infrastructure sportive est alors un atout majeur qui conditionne l’évolution du sport national et l’amélioration des performances des athlètes. Bénéficiant d’une stratégie spéciale pour assurer son développement sur les dix prochaines années, les clubs de foot marocains cherchent toujours à avoir une infrastructure améliorée. Dans ce papier, nous prenons l’exemple du Fath rabat, l’équipe qui a révolutionné le championnat marocain depuis l’arrivée de Mr Mounir Majidi à sa tête, et qui compte sur le complexe sportif Moulay-Abdallah qui accueille ses matchs pour continuer son évolution et devenir plus compétitif à l’échelle continentale.

La réouverture du complexe après le scandale de 2014 

1313201661849pm1

En avril 2016, le complexe sportif Moulay-Abdallah a ouvert ses portes de nouveaux après des travaux de réhabilitation entrepris suite au grand scandale qui a causé sa fermeture en décembre 2014. Alors qu’il accueilli le second quart de finale de la Coupe du monde des clubs 2014, les médias internationaux ont rapporté des photos de certaines « irrégularités » qui ont marqué le déroulement du match. A l’époque, on a accusé le ministre de la Jeunesse et des sports de son irresponsabilité quant à la tenue du stade et le manque d’entretien de sa pelouse qui a déclenché un scandale nuisant à l’image du Maroc.

Les travaux ont conduit à l’installation d’un nouveau système d’engazonnement du terrain, un nouveau système de drainage, un nouveau système de substrat. Les travaux de finition ont touché à la plomberie du stade, l’électricité de sa surface, les contrôles d’accès, la vidéosurveillance, l’éclairage et la peinture. LA piste d’athlétisme a été également reconstruite.

Le FUS intègre le complexe dans sa stratégie de développement

1461917288-big

La réouverture du complexe Prince Moulay-Abdallah profite tant au foot marocain, qu’au club local du Fath Rabat (FUS). En effet, l’équipe entrainée par Walid Regragui exploite ce terrain pour affronter ses adversaires en championnat et surtout en compétitions africaines. A noter que l’équipe entamera une nouvelle Ligue des Champions en février 2017 et compte bien sur ce stade pour gagner davantage de matchs devant son public.

D’ailleurs, le comité du président du FUS Rabat, inclut ledit stade dans ses stratégies de développement du club à la fois sur le plan financier que sportif. Il a ainsi construit son centre d’entrainement et académie de formation à côté du complexe pour assurer plus de proximité à l’enceinte principale du club. Le FUS compte aussi utiliser les installations du complexe pour pouvoir attirer plus de supporters à assister ses matchs. Le club adopte un modèle de gestion à l’européenne le laissant entreprendre plusieurs activités dans son stade pour améliorer ses recettes et commercialiser sa marque.

Read More
La 7ème édition de « Tous au restaurant » démarre du 19 septembre au 2 Octobre
Sep21

La 7ème édition de « Tous au restaurant » démarre du 19 septembre au 2 Octobre

Tous au restaurant est le rendez-vous gastronomique le plus attendu en Septembre. Avec le slogan « votre invité, est notre invité » cette édition nous réserve pleins de nouveautés.

Deux semaines de « tous au restaurant »

Lancée en 2009 par Alain ducasse, la 7e édition de « tous à table » dure 2 semaines, à partir du 19 septembre, dans toute la France. Cette opération culinaire, est une belle occasion pour découvrir les belles tables orchestrées par des chefs étoilés, le tout à un prix raisonnable.  Le principe est simple : pour un repas commandé (entrée, plat et dessert), un repas identique sera offert.

En 2015, 1000 restaurants ont participé à cet évènement et 575 000 convives ont bénéficié de cette opération. Pour cette édition, 1200 restaurants se sont lancés dans cette aventure, l’objectif cette année, serait d’accueillir plus de personnes.

Les nouveautés de cette édition

Côtés nouveautés, on trouve le menu « Fromage de France compris », Certains restaurants, offriront donc un « fromage de France ». Vous pouvez identifier les restaurants qui proposent ce menu grâce à un pictogramme jaune.

Sous le thème « de la restauration de demain », on trouve également deux dîners inédits dans les plus beaux rooftops parisiens : un menu exceptionnel sur les terrasses de la fondation de Louis Vuitton, le 23 Septembre, et un dîner sur le toit du Perchoir Ménilmontant, le 25 septembre.

Comment réserver ?

Le nombre de place est limité. Il faut réserver au plus vite pour profiter de cet évènement ! Rendez-vous alors sur le site Tousaurestaurant.com, et faites votre réservation pour rencontrer des chefs de renommé comme Alain Ducasse au Plaza Athénée (Paris), Guillaume Sourrieu à L’Epuisette (Marseille), Pascal Féraud au Jules Verne (Paris), Eric Prowalski à La Rotonde des Trésoms (Annecy), Pierre Lambinon au Py-R (Toulouse), Thierry Schwartz au Bistro des Saveurs (Obernai).

French chef Alain Ducasse poses in the "Louis XV" new dining restaurant in the Hotel de Paris, on May 8, 2015 in Monaco. AFP PHOTO / VALERY HACHE / AFP / VALERY HACHE

Le chef Alain Ducasse au – AFP PHOTO / VALERY HACHE / AFP / VALERY HACHE

Alain Ducasse aux château de Versailles

L’ambassadeur de la cuisine française, a également décroché avec Stéphane Courbit (comme annoncé sur son Twitter officiel), l’appel d’offre lancé par l’établissement public du château de Versailles, pour installer un hôtel de charme au sein du château de Versailles. Le duo Stéphane Courbit – Alain Ducasse a obtenu une concession de 60 ans de l’hôtel.

« Ce projet exceptionnel » consiste à transformer, trois établissements (Grand contrôle, Petit contrôle, et le pavillon des cents premières marches), inoccupés depuis 2008, en « un hôtel de prestige d’une vingtaine de chambres, et un restaurant de haute cuisine française. La décoration du lieu sera classique et raffinée, inspirée du XVIIIe siècle », indique le communiqué de l’établissement public du château de Versailles.

Read More